La Minute Éco : OBRATORI, l'explorateur d'idées de L'Occitane à Marseille | CISAM
21765
post-template-default,single,single-post,postid-21765,single-format-standard,qode-social-login-1.0,qode-restaurant-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.5,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

La Minute Éco : OBRATORI, l’explorateur d’idées de L’Occitane à Marseille

La Minute Éco : OBRATORI, l’explorateur d’idées de L’Occitane à Marseille

Obratori est le tout nouveau start-up studio créé par le groupe L’Occitane avec l’ambition affirmée de révéler de nouveaux produits et de nouvelles technologies

 

En Occitan, OBRATORI signifie à la fois « laboratoire » et « bienveillance ». Ce nom convient très bien à l’ambition que le groupe L’Occitane s’est fixée avec ce « start-up Studio », à savoir révéler des idées, des découvertes et accompagner leur réalisation.

« Les objectifs sont multiples. Le tout premier : ce lieu a été pensé de manière différente par rapport à toutes les initiatives existantes. On a essayé de prendre le meilleur de chaque incubateur et accélérateur, et on a constaté qu’il n’existait pas de structure où on trouve à la fois des lieux de travail, une équipe dédiée au service des startups, la mise à disposition d’un laboratoire cosmétique, tout un réseau de partenaires et un fonds d’investissement. On a essayé de regrouper tout cela au sein d’Obratori« , explique Amaury Godron, son directeur général.

 

« Un autre objectif est de trouver des innovations de rupture. Mais on n’est pas exclusif, contrairement à beaucoup d’autres structures. De notre côté, toute la propriété industrielle restera au niveau de la start-up : on veut vraiment l’accompagner et l’aider à créer de la valeur, non la préempter, ce qui est un vrai élément différenciant. Pour autant, on est bien entendu prêt à mettre de l’argent dans chaque start-up sélectionnée, avec 50 000 à 250 000 euros par projet, voire au-delà« , ajoute le dirigeant, qui précise qu’Obratori a un business model courant sur une dizaine d’années dans un premier temps.

Une volonté de dégager des synergies

Pour mener à bien son projet, L’Occitane a fait le choix de s’implanter à Marseille. « C’est une belle reconnaissance pour Marseille et sa région, qui étaient en concurrence avec des villes comme Lausanne ou Paris« , confie Amaury Godron. Les prémisses du projet ont en effet été envisagées début 2017, et très rapidement des discussions se sont déroulées avec Yvon Berland et Eric Berton, respectivement président et vice-président innovation et valorisation d’Aix-Marseille Université (AMU) ainsi que la SATT Sud-Est.

« Nous avons très vite basculé sur le fait de concrétiser ce projet à Marseille. On nous a ensuite proposé plusieurs lieux, du Silo aux Docks« , indique le directeur général.

 

Obratori s’est finalement installé au sein de la Cité de l’innovation et des savoirs il y a un mois, dans l’agence historique de la Compagnie Générale Transatlantique, dans un élégant bâtiment de style art déco. Dans des locaux de 950 m², le start-up studio compte 108 places de travail avec de nombreux espaces privatifs, un fab lab aux normes du MIT et un laboratoire cosmétique mis à la disposition des startups.

« Cela est extrêmement rare, voire du jamais vu ! L’objectif est que les startups essaient de dégager et créent des synergies« , souligne Amaury Godron. Et d’ajouter : « Avec ce start-up studio, on veut créer un écosystème très dense. Pour cela, le fait d’être au cœur de la Cité de l’innovation et des savoirs, suite au partenariat signé avec Aix-Marseille Université, est vraiment intéressant. Cela nous permet d’avoir accès à des chercheurs qualifiés et des technologies de qualité. On crée ainsi de la valeur dans le Sud : c’est génial pour Marseille car il y a un potentiel de recrutement essentiel !« 

 

Création d’une première société spécialisée

Au-delà de l’aspect structurel, Obratori a déjà lancé sa phase opérationnelle. Le start-up studio a récemment signé un partenariat privilégié avec Truffle Capital, société de venture capital européenne gérant 450 millions d’euros d’actifs, pour la création et le développement à Marseille de startups innovantes.

« Bien souvent, les incubateurs accélèrent le développement de startups existantes. On veut aller plus loin en prenant des technologies et en créant des sociétés. Dans cette perspective, on s’est associé à CapDécisif, qui est spécialisé dans les technologies de rupture, et à Truffle Capital« , explique Amaury Godron.

 

Ce fonds de capital-risque vient d’ailleurs de créer, via le fonds BioMedTech, la start-up Nanosive SAS, dans le domaine de la dermo-cosmétique, en contrat de licence avec l’université de Yale. Cette entreprise installera ainsi son siège opérationnel chez Obratori. Une autre société, actuellement installée à Paris, devrait s’installer à Marseille, tout comme une troisième spécialisée dans la cosmétique et bien-être, basée dans la région.

On a des projets liés à la cosmétique, au bien-être et tout ce qui est lié à la R&D et au digital au sens large, L’Occitane comptant un réseau de 3000 boutiques. De ce fait, tout ce qui peut aider l’expérience client nous intéresse. Notre objectif est d’investir en direct dans 10-12 sociétés, et on va en créer autant avec Truffle Capital et CapDécisif, dont 4 à 5 d’ici à la fin de l’année. Mais on n’est pas là pour faire des chiffres : notre ambition est de vraiment croire aux projets ! Dans cette perspective, la première édition des Occitane Awards vient d’être lancée, à destination des centres de recherche et des universités, pour trouver de nouvelles « pépites ».

 

Par Julien Pompey – Publié le 18 octobre 2018 à 19h02
Retrouvez cet article complet sur le site de La Provence

 

 

 

La presse en parle :

 

L’actualités de nos startups :